La BNF comme terrain de formation photo

Existe-il à Paris un lieu à ciel ouvert aussi graphique et chaleureux que la BNF ? C’est peu sur !
Pour cette formation hivernale, il n’y avait pas de meilleur endroits où la réaliser !

 

Une formation photo? Mais pour quoi faire ?

Depuis plusieurs semaines, je réfléchissais à trouver le bon compromis pour pouvoir mettre en œuvre mes premières sessions de formation photo.
Et puis tout s’est décanté en quelques jours !

Nos modèles du jour, les adorables Morgane et Lamine, ont été le centre de notre attention. Et ce malgré l’air glacial !
En effet Stéphanie et Arouny, ont également bravé le froid en ce début de décembre 2016 pour améliorer leur prise de vue.
Où ça ? Et bien à la Bibliothèque Nationale de France ! Rien que ça !

La photo, apprendre en s’amusant

Comment ne pas s’enamourer de l’architecture ? Et je trouve les réverbérations des verrières très agréables pour obtenir de très beaux clichés rapidement. Notamment peu avant le coucher du soleil…
Nous avons donc arpenté le site jusqu’à la tombée de la nuit… Et au delà, afin de trouver les bons angles et ce, malgré la faible luminosité.

Pour une première expérience, ce fut vraiment très intéressant. Un peu trop long probablement.
Mais étant de nature volubile et prolixe, je suis rarement dans le « pas assez » !

Vous avez également envie de profiter de ces sessions de formation photo ?
N’hésitez pas à en profiter lors des prochaines dates ! Je me ferais un plaisir de vous guider !

 

La photo de rêve grâce à la “golden hour“

Avec le soleil couchant, je cherchais à placer le couple dans une luminosité importante, afin de les dégager du fond de la ville. C’était l’un des premiers exercices de cette formation. Plutôt sympa comme cadre, non ?
La golden hour permet en peu de temps de transmettre des sentiments forts en photo.
L’architecture si particulière de la BNF permettait en outre de jouer sur la perspective en « dupliquant » le fond qui s’offrait à nous, avec le même soucis de dissocier Morgane et Lamine du fond.

Avec une focale fixe et à pleine ouverture, ces conditions sont excellentes pour donner du caractère aux photos. Stéphanie et Arouny ne me diront pas le contraire !

L’idée est de composer sa photo avec tout ce qui est en notre possession : la luminosité, la réflexion du soleil dans la verrière et de placer le couple dans une position de confort…
Et même avec le vent…

La composition photographique

Très tôt, la nuit étendit son doux manteau.
En choisissant ce créneau horaire (16-17h), j’anticipais les difficultés rencontrées par tout jeune photographe.
« Comment gérer l’autofocus, comment régler sa vitesse, faut-il monter dans les ISO…? »

Avec simplicité, je conseillais Stéphanie et Arouny à se déplacer et à placer notre couple, Morgane et Lamine dans les meilleures conditions de luminosité.
La composition et les lignes de fuites, sont d’autant plus importantes la nuit tombée, car l’œil cerne très rapidement le graphisme, il fallait attacher autant d’importance au couple qu’au panorama.

Soyez photo-créatifs !

Souvent, on peut se laisser croire qu’une photo ne sera pas réussie car la luminosité ne le permet pas, où que le cadre ne nous plaît pas.
L’idée : en vous aidant à comprendre comment la lumière éclaire votre sujet et en utilisant tout le potentiel de votre matériel photo, vous arrivez à repousser les limites des premiers abords.

En vous partageant mon expérience et vous transmettant mes conseils et astuces, vous prendrez rapidement confiance en votre capacité à réaliser de très belles photos.